Les délais de paiement ont une incidence directe sur la trésorerie de votre entreprise. Pour éviter de vous retrouver dans le rouge, négocier un acompte est une piste trop souvent négligée.

 Plus le délai de paiement concédé à vos clients est long, plus vos besoins en cash-flow augmentent. En effet, vous devrez assumer tous les décaissement liés à votre prestation (salaires, fournisseurs, sous-traitants….) avant de recevoir le paiement de votrre client.

Statistiquement, le risque d’impayés sera aussi plus élevé. Vous avez donc tout intérêt à solliciter des paiements rapides ou des acomptes à vos clients. Quitte à lui accorder une remise à votre client pour compenser l’avance de fonds qu’il vous concède…

 

Quels sont vos avantages?

Même si vous vous entendez bien avec vos clients, rappelez-vous que vos partenariats sont avant tout des  relations d’affaires. Recourir à l’acompte vous procure plusieurs avantages :

  • Ces liquidités payées au moment de la commande vous aideront à régler vos propres factures : achat de marchandises, frais fixes courants, etc.
  • Le fait que votre client accepte un acompte et le règle rubis sur l’ongle est aussi une preuve de son sérieux de sa solvabilité. Si vous le sentez réticent, expliquez-lui qu’il peut également y trouver certains avantages, puisque vous pouvez lui faire une remise.
  • Si votre client refuse votre acompte, par exemple parce que son propre budget est assez serré, vous pourrez décider en connaissance de cause si vous souhaitez ou non poursuivre la collaboration. Et si c’est la taille de l’acompte qui pose problème, vous pouvez le réduire, ou lui proposer un règlement en plusieurs tranches.

Attention, toutefois, pour certaines ventes, vous ne pouvez pas exiger d’acompte. C’est par exemple le cas des ventes à des particuliers conclues en-dehors des locaux de votre entreprise, par exemple, au domicile de votre client. Pour ce type de transactions, vous devez attendre l’expiration du délai de réflexion légal,  qui est de 7 jours ouvrables.

 

Quel est le montant idéal pour un acompte?

La loi ne fixe aucun plafond minimum ou maximum. Vous avez toutes les cartes en main. Du moins, dans une certaine mesure. Aller au-delà de 50 % du prix total, par exemple, est clairement déraisonnable et disproportionné! Soulignons aussi que le versement d’un acompte doit être signifié à votre client sur le devis ou sur le bon de commande. Par sa signature, votre client indique son accord pour verser une avance sur la somme totale. Le montant de cette avance doit être libellé en pourcentage ou en montant net à payer (TTC).

 

Établissez une facture d’acompte!

Dès réception de l’accord de votre client, vous pourrez lui envoyer votre facture d’acompte. Celle-ci se présente comme une facture normale et doit respecter les règles de facturation habituelle, notamment en matière de date et de numérotation des factures. Si vous devez lui facturer plusieurs acomptes avant la fin de votre collaboration, vous aurez intérêt à les numéroter (acompte n° 1, selon le devis n° X, acompte n° 2, selon le devis n° Z, etc.). Enfin, lorsque vous éditerez votre facture pour le paiement du solde, les acomptes réglés doivent être clairement mentionnés, en précisant les montants et les dates de paiement.

Vous l’aurez compris, vous n’avez aucune raison de ne pas essayer de recourir aux acomptes pour soulager votre trésorerie!

Votre entreprise rencontre-t-elle des difficultés de trésorerie?

Edebex - gestion des clients - un homme regarde une offre Edebex

Transformez vos problèmes en solutions !

Nous vous offrons un guide complet comprenant un parcours en 10 étapes pour résoudre pas-à-pas vos problèmes de trésorerie. Diagnostic, prioritisation des paiements et adresses utiles : Suivez le guide, c’est gratuit !

Télécharger le guide