Pour bénéficier d’un contrat de factoring, vous devez montrer patte blanche et accepter de vous engager sur le long terme. Une contrainte qui met hors-jeu de nombreux entrepreneurs. Penchons-nous sur la question…

Vous avez déjà certainement entendu parler du factoring. Cette solution de financement consiste à conclure un contrat avec une société financière spécialisée : le factor. Cet accord prévoit que vous cédiez l’ensemble de vos factures à ce factor. Celui-ci vous avancera, à votre demande, un montant compris entre 70% et 80% du montant dû par votre client. Le factor chargera ensuite, à l’échéance de la facture, de récupérer la somme due auprès de votre client et de vous reverser ce solde, diminué d’une commission de financement.

Si la solution peut sembler intéressante et une alternative séduisante face au crédit, elle reste souvent inaccessible aux PME. En effet, banques et organismes conventionnels de factoring n’accordent pas ce service à n’importe quelle entreprise et appliquent des critères très sélectifs, que ce soit en termes d’engagements à respecter ou de santé financière.

Une entreprise financière

Vous devez d’abord prouver que votre société réalise un chiffre d’affaires suffisamment important. En règle générale, les établissements de factoring ne prendront pas en compte votre demande si votre chiffre d’affaires annuel n’atteint pas, au minimum, la somme d’un million d’euros. De même, le factor étudiera attentivement la solvabilité de votre entreprise. Si celle-ci ne lui paraît pas satisfaisante, il refusera de faire affaire avec vous, ou exigera que vous vous portiez caution de votre entreprise.

Des clients triés sur le volet

Vous devez également disposer d’un portefeuille de clients susceptible d’intéresser la société de factoring. Plusieurs éléments entreront en ligne de compte :

  • La diversification de votre portefeuille : si vous ne dépendez que d’un petit nombre de clients, voire d’un seul, vous risquez de vous heurter à un refus. Même si ce client est par ailleurs parfaitement solvable.
  • Le secteur d’activité de votre entreprise ou celui de vos clients : les factors ont en effet souvent des critères de gestion des risques qui les pousseront à refuser un dossier parfaitement valable parce que leurs critères internes de gestion des risques ne leur permettent pas de l’accepter
  • La solvabilité de vos clients : plus vos clients seront « de qualité », plus grandes seront vos chances d’intéresser le factor.
  • La gestion de vos créances en cours : il n’est pas rare que le factor s’intéresse aussi à vos processus de gestion. Faites-vous un pré-screening de vos clients ? Paient-ils à temps ou en retard ? Avez-vous mis au point une procédure de recouvrement solide et documentée ?

Des engagements minimaux

Le transfert de la gestion de votre poste client à un tiers implique souvent d’importantes contreparties de votre part. Par exemple, un factor exigera généralement de conclure un contrat pour une durée minimale d’un an, durant laquelle vous acceptez de lui transmettre l’ensemble de votre portefeuille client. Une fois le cash libéré, vous n’êtes pas non plus entièrement libre de son utilisation. Selon les cas, vous devrez justifier de vos dépenses, tandis qu’une partie du montant des factures transmises est gardée par l’organisme d’affacturage en guise de garantie. Enfin, en cas de non-paiement de la facture par le débiteur, l’organisme peut également se retourner contre vous. En pratique, la lourdeur des procédures tend à réserver l’affacturage aux sociétés qui souhaitent une externalisation complète de la gestion de leur poste client. En revanche, l’entrepreneur qui a besoin de libérer 15.000 euros par mois de façon ponctuelle ou récurrente n’y trouvera pas son compte…

Des alternatives plus flexibles…

En parallèle des solutions conventionnelles de factoring, des sociétés innovantes proposent d’autres formes de vente de factures, souvent plus accessibles et adaptées aux PME. À travers la mise en place de plateformes rapides et sécurisées, elles mettent l’accent sur la transparence des procédures et sur la cession immédiate des créances, sans s’immiscer dans la gestion de l’ensemble du portefeuille client. De quoi séduire les entrepreneurs qui cherchent simplement à répondre à un besoin de financement ponctuel ou récurrent.

 

Et si vous vendiez vos factures?

Mettre votre facture en vente sur la plateforme Edebex vous permet de disposer rapidement des liquidités qui vous manquent. En toute sécurité, puisqu’Edebex se charge elle-même du recouvrement des créances vendues sur sa plateforme.

Envie de savoir combien vous rapporterait la vente d’une facture?

Besoin d’un financement?

Edebex - blog - manuel image

Découvrez notre guide du financement à court terme

Ce guide gratuit vous propose des solutions pour répondre aux problèmes de trésorerie. Vous y trouverez un panorama complet des solutions de financement à court terme, bancaires comme non-bancaires.

Téléchargez notre guide gratuit