8 paiements récurrents pour lesquels il vaut mieux constituer une provision

paiements-récurrents-provision
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print

Tout chef d’entreprise doit supporter des frais fixes récurrents. Afin de gérer votre trésorerie de manière optimale, pensez à constituer des provisions pour ces paiements.

Lorsque vous montez votre affaire, vous devez automatiquement supporter des frais, dont une grande partie consiste en frais récurrents, c’est-à-dire qui reviennent fréquemment. Vous pouvez estimer avec une certaine précision quand vous devrez les payer et quel montant vous devrez débourser.

Il s’avère dès lors très intéressant de constituer le plus de provisions possible pour ces centres de coûts. Prévoir une provision pour chaque compte constitue, en effet, le scénario idéal, bien qu’il s’agisse d’un objectif inatteignable pour de nombreuses entreprises. Il est néanmoins souhaitable de tout mettre en œuvre pour constituer de telles provisions dans la limite de vos possibilités. Elles vous permettront, en effet, de ne pas être confronté à de mauvaises surprises le jour où vous devrez procéder au paiement et de ne pas mettre à mal vos liquidités, car il n’est pas judicieux de réaliser des prélèvements trop importants dans votre trésorerie.

Identifiez les centres de coûts

Un premier centre de coûts à prévoir est, par exemple, le versement anticipé de vos décomptes TVA et de vos impôts. Comme vous le savez sans doute, il s’avère particulièrement intéressant de consentir les efforts nécessaires pour éviter une majoration d’impôts.
En tant qu’entrepreneur, vous devez également conclure les assurances ad hoc. Pensez notamment aux assurances incendie, aux assurances pour votre parc automobile ou aux assurances accidents couvrant votre personnel. Mieux vaut également constituer un maximum de provisions pour ces frais.
Si vous employez du personnel, vous connaissez certainement le concept du « treizième mois » (voire même du « quatorzième mois »), ainsi que celui du « double pécule de vacances ». Vous pouvez également anticiper ces frais. N’oubliez pas non plus les cotisations ONSS associées, de même que les cotisations sociales pour vous en tant que chef d’entreprise.

Évitez les soldes

Autre astuce: les versements anticipés de cotisations sociales peuvent excéder les montants proposés par votre caisse d’assurances sociales. Vous évitez ainsi de devoir payer le solde restant lors du décompte final. Vous pouvez tout de suite déduire ces cotisations plus élevées dans votre déclaration d’impôts.
La déductibilité s’applique également aux provisions pour le pécule de vacances. Les montants enregistrés à cette fin dans les bilans clôturés au 31 décembre (pour le paiement à votre personnel l’année suivante) peuvent être considérés comme des frais professionnels fiscalement déductibles. Plusieurs conditions techniques doivent néanmoins être remplies. Votre comptable ou votre secrétariat social pourra vous fournir davantage d’informations à ce sujet.

Épluchez vos dépenses

N’oubliez pas non plus les mensualités de prêts en cours auprès de votre établissement financier, car il s’agit également de coûts récurrents. Pensez, par exemple, aux paiements que vous effectuez dans le cadre de frais d’entretien de vos bâtiments (si vous les sous-traitez) et aux licences logicielles. Il peut d’ailleurs s’avérer très utile de parcourir vos dépenses de l’exercice précédent. Vous avez certainement dû supporter d’autres coûts auxquels vous n’aviez peut-être pas pensé.

Modifiez la périodicité

Sachez également que le paiement de frais annuels uniques n’est pas une bonne chose pour vos liquidités. Il s’avère, par exemple, bien plus intéressant de convenir avec votre compagnie d’assurances du paiement trimestriel voire mensuel de montants inférieurs. En effet, ce système nuit beaucoup moins à votre position en termes de liquidités. Même si l’étalement des paiements implique un surcoût au terme de l’année, il vous faut tout de même l’envisager.

Il en va de même pour le treizième mois, le pécule de vacances et les versements anticipés d’impôts. Tentez de répartir autant que possible ces coûts. De nombreuses banques proposent même des financements spéciaux permettant de payer ce type de dépenses selon une périodicité mensuelle, ce qui reste très intéressant, même compte tenu des intérêts limités que vous devrez payer. Autre avantage: vous pourrez souvent déduire ce taux d’intérêt en tant que frais professionnel.