Améliorez votre trésorerie grâce aux escomptes

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print

Les commandes ne manquent pas, mais vous êtes à court de liquidités. Pourquoi ne pas faire usage des escomptes? Une solution simple à mettre en œuvre. Mais avant de la proposer à vos clients, pensez à bien faire vos calculs…

Ristourne, remise, rabais… Ces réductions commerciales connaissent leur pendant financier: les escomptes. Grâce à cette opération, vous pouvez proposer une réduction à votre client, s’il paye la facture sans attendre son échéance. Une option qui peut faire le bonheur du client, ainsi que le vôtre en tant que fournisseur.

Des liquidités sans délai

L’avantage pour votre client est évident: il paiera moins cher! Mais il n’est pas le seul à y gagner, puisque vous allez pouvoir encaisser comptant le montant de la facture. Fini ainsi les décalages de trésorerie et les manques de liquidités. Mais attention, les escomptes ne sont pas de simples réductions: c’est une opération financière aux règles précises qui, pour être intéressante pour les deux parties, exige des calculs précis et une attention administrative particulière.

Une opération comptable

L’escompte est, en effet, une remise financière et, à ce titre, l’opération doit impérativement apparaitre dans votre comptabilité. Sachez également que l’escompte doit être appliqué après le calcul du total de la facture hors taxe, juste avant le calcul de TVA. En effet, cette dernière se calcule sur le net financier, c’est-à-dire sur le net commercial moins l’escompte. Vous devez bien entendu reprendre tous ces éléments dans vos lignes de compte. Tenez-en bien compte pour pouvoir déterminer le bon pourcentage à offrir à votre client et éviter que l’escompte ne pèse sur votre rentabilité. Et concrètement?

Sortez votre calculatrice

Prenons l’exemple d’un client qui vous commande pour 1.000€ de marchandises hors TVA (21%) et à qui vous proposez un escompte de 1% s’il paye endéans les 10 jours.

  1. Vous devez, d’abord, calculer la base imposable: 1.000€ – (1.000€ x 1%)= 990€.
  2. Vous devrez ensuite appliquer ensuite la TVA à payer par le client: 990€ x 1,21 = 1.197,90€ à payer par le client.
  3. Pensez également à bien rédiger votre facture: celle-ci doit, à la fois, mentionner les conditions d’escompte offertes à votre client ainsi que le montant sans l’escompte (1.000€ x 1,21 = 1.210€). En effet, ce dernier sera le montant à prendre en compte si le client ne paie pas dans le délai fixé.

Votre comptable a l’habitude de ce genre d’opération, n’hésitez pas à lui demander conseil sur la manière de bien rédiger vos factures.