Le retard de paiement au sein des PME françaises

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Votre client règlera-t-il votre facture dans les temps ? En France, les entreprises paient leurs dettes commerciales avec près de… 11 jours de retard ! De longs délais qui ont un impact direct sur votre trésorerie.

Vous livrez votre client et préparez soigneusement votre facture. Vous avez effectué votre part du contrat, mais demeure une question : quand serez-vous payé ? Malgré l’échéance fixée, les semaines s’écoulent, les délais de paiement s’allongent, et, en dépit de vos relances, vous ne voyez toujours pas la couleur de l’argent. Pendant ce temps, vous avez besoin de trésorerie pour poursuivre votre activité et régler vos propres fournisseurs, mais aussi pour faire face à vos obligations ou réaliser des investissements. Même si votre dû finit par rentrer dans vos comptes, de l’eau aura coulé sous les ponts… Un véritable fléau, vécu par la plupart des PME, qui crée d’inévitables tensions sur votre trésorerie.

Une situation critique

D’après l’Observatoire des délais de paiement de la Banque de France, ces retards pénalisent près d’une PME sur quatre en les privant de 19 milliards d’euros de liquidités. Et pour cause, les entreprises françaises, tous secteurs confondus, règlent leurs factures avec une moyenne de 11 jours de retard. Les PME sont évidemment les plus exposées : ainsi ,plus de la moitié des grandes entreprises mettent plus de 60 jours pour régler leurs fournisseurs. Dans le même sens, une étude de l’assureur Euler Hermes estime que les délais de paiement moyens en France atteignent désormais 73 jours. Une réalité qui place l’Hexagone parmi les dix plus mauvais élèves mondiaux en la matière…

Que dit la loi ?

Force est de constater que les mauvais payeurs sont encore légion, en dépit du renforcement des moyens de répression. La réglementation est pourtant claire : les entreprises (hormis certaines spécificités sectorielles) doivent régler leurs factures dans les 60 jours (date d’émission) ou dans les 45 jours après la fin du mois. Au risque de se voir infliger une amende pouvant aller jusqu’à… deux millions d’euros. Dans le secteur des transports, c’est encore plus court, puisqu’on parle de 30 jours (date de la facture). Du côté de la construction, malgré la mise en place de chartes de bonnes pratiques, le secteur continue de souffrir de retards structurels, car les délais des clients diminuent moins vite que ceux des fournisseurs…

Prenez les choses en main…

Dans ce contexte, il ne faut pas faire l’autruche. Au contraire, vous disposez de leviers pour agir, à la fois sur vos délais de paiement et sur votre politique de relance des impayés. Des matières qui méritent toute votre attention ainsi qu’une véritable réflexion stratégique…

  • Commencez par indiquer clairement vos conditions sur tous vos documents : contrats, factures, conditions générales de vente, bons de commande, etc.
  • Ensuite ? Abordez la question des délais de paiement dans chacune de vos négociations commerciales. Que ce soit avec un nouveau client, mais aussi avec vos partenaires récurrents : il n’est jamais trop tard pour vous mettre à table pour essayer d’avancer vos rentrées de cash.
  • Du côté de vos fournisseurs? Même topo, dans le sens inverse : tentez d’allonger les délais.
  • Le dernier, mais non des moindres, une fois vos factures envoyées, suivez cela de très près !

Bien entendu, vous ne serez pas toujours en position d’imposer vos conditions… mais rappelez-vous que vous disposez d’autres outils pour jongler avec vos besoins de trésorerie.